]
Les quotidiens du 23 Oct 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Accueil A la une New York. ONU 72è AG. Rajaonarimampianina, à la tribune, ce 20 septembre 2017

New York. ONU 72è AG. Rajaonarimampianina, à la tribune, ce 20 septembre 2017

De gauche à droite sur la photo ci-dessus: Peter Thomson, António  Guterres et Miroslav Lujcak

La 72ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies a débuté le 12 septembre 2017, sous le thème directeur: «Placer l’être humain au cœur des efforts en faveur de la paix et d’une vie décente pour tous sur une planète durable». Le jour précédent, il a été procédé à l’investiture du Slovaque Miroslav Lujcak qui succède au Fidjien Peter Thomson au poste de président de cette 72ème session (2017-2018). Ce, en présence du Secrétaire général des Nations Unies, le Portugais António Manuel de Oliveira Guterres.

Aucun privilège pour le chef d’État le plus puissant du monde (sauf son temps de parole). Il doit attendre comme tous les autres

Le 19 septembre 2017, les présidents américain et français ont pris leur tour de parole. Pour Donald Trump, en 45 minutes, il a fait un très large tour d’horizon de sa vision des choses, conformément à tout ce qu’il a déclaré depuis ses promesses électorales. Concernant l’actualité immédiate, il l’a résumé en 5 points:


1. L’Iran est une nation dévoyée

2. Menaces sur la Corée du Nord

3. Le Venezuela a besoin d’être aidé

4. Terroristes perdants

5. Mais toujours l’Amérique d’abord

Pour Emmanuel Macron qui est passé pour 35 minutes après Donald Trump, il a pris soin de contredire celui-ci sur certains points.

A propos de l’Iran, le président Macron a lancé: «Notre engagement sur la non-prolifération a permis d’obtenir un accord solide, robuste, qui permet de vérifier que l’Iran ne se dotera pas de l’arme nucléaire. Le dénoncer aujourd’hui sans rien proposer d’autre serait une lourde erreur, ne pas le respecter serait irresponsable, parce que c’est un accord utile, essentiel à la paix».

Concernant la Corée du Nord, il a tenu à rappeler son opposition à l’escalade militaire, «parce que la carte montre toute la complexité d’une intervention militaire».

Pour répondre à «L’Amérique d’abord» du président Trump, le président Macron a tout simplement rappelé que: «l’indépendance réside aujourd’hui dans l’interdépendance».

Mais le successeur de François Hollande a aussi parlé de la Syrie: «J’appelle la communauté internationale à prendre acte de son échec collectif et à s’interroger sur ses méthodes car agir pour la paix en Syrie, c’est agir pour le peuple syrien mais aussi contre le terrorisme islamique. La solution sera politique et non militaire». Voilà qui tranche carrément avec ce qu'a dit et fait faire François Hollande.

La Gazette de la Grande île du 20/09/2017

Quant aux îles éparses malgaches, il semble qu'il ignore jusqu'à leur existence...

Je ne vais pas comparer l’incomparable mais Madagascar a tout de même aussi un président élu, même s’il devient de plus en plus bizarroïde au fil des années… Selon le programme pré-établi par l’ONU, Hery Rajaonarimampianina passera à la mythique tribune, pour la 4è fois consécutive, ce 20 septembre 2017 à 22h, heure de Madagascar (15h à New York).

De quoi va-il parler cette fois-ci ? De tout ce qu’il a dit, lors de ces 4 précédentes interventions, les réalisations et concrétisations se compte vraiment sur les doigts d’une main. Mais ce n’est pas sa faute, n’est-ce pas ? C’est la mienne, c’est la vôtre, c’est la faute aux cyclones, c’est la faute à tous ses prédécesseurs, surtout le président de la dernière transition dont il a été l’inamovible ministre des Finances.


Comme chaque année, depuis 1980, après la résolution prises ci-dessus, la question des îles malgaches est au menu de l’ordre provisoire de chaque Assemblée générale de l’ONU. Mais une fois sur place, le président élu du moment semble l’avoir oublié, et elle est, à chaque fois, reporté d’année en année. Ainsi du président Rajaonarimampianina, élu en décembre 2013.

69è, 70è AG, 2014 et 2015, rien: la question n’a jamais été abordé.


Le président malgache Hery Rajaonarimampianina avant son discours à l'ONU, le 22 septembre 2016

71è AG: miracle mon ami! Enfin, il l’évoque en déclarant: «Le plus important est respect et le suivi des engagements, gage du capital-confiance. Pour notre cas, à l’initiative des autorités françaises, une reprise des négociations concernant les îles malagasy Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India dans le Canal de Mozambique a eu lieu le 17 juin dernier, à Paris.

Madagascar se félicite de cette initiative qui, de son point de vue, s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des r6solutions de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Les résolutions 34/91 du 12 d6cembre 1979, et 35/123 du 11 décembre 1980, lesquelles « invite le gouvernement français à entamer sans plus tarder des n6gociations avec le Gouvernement malgache en vue de la réintégration de ces lies Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India), qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar », et « engage le Gouvernement français à entamer d'urgence avec le Gouvernement malgache les négociations pr6vues dans la résolution 34/91, en vue de trouver à la question une solution conforme aux buts et principes de la Charte des Nations Unies»

Madagascar souhaite que les discussions qui ont été engagées, puissent se dérouler dans le respect des dispositions de la Déclaration de Manille sur le règlement des différends internationaux, énoncée par la résolution 37/10 du 15novembre 1982 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Celle-ci souligne, notamment les obligations qui découlent «des principes fondamentaux du droit international concernant la souveraineté, l'indépendance et l’intégrité territoriale des États ainsi que des autres principes et règles du droit international contemporain gen6ralement reconnus»».

Seulement, une année après, le peuple malgache attend encore et toujours mais, comme ma sœur Anne, ne voit rien venir du tout. Qu’est-ce que le président Rajaonarimampianina va-t-il alors sortir de sa manche, avec l’appui de son nouveau ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka -parti en éclaireur- qui s’est heurté à des fins de non-recevoir très diplomatiques, en matière de rencontres de haut niveau pour son Boss…

Qui vivra verra. Il faut attendre patiemment ce discours de cette nuit (22h à Madagascar). Ci-après l'ordre du jour provisoire établi dès juillet 2017


Jeannot Ramambazafy – 20 septembre 2017

Mis à jour ( Mercredi, 20 Septembre 2017 14:01 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Madagascar. On a peut-être du fuel lourd, mais on n’a vraiment aucune suite dans les idées… politiques

 

InSPNMad. C’est la rentrée pour cette Université internationale professionnalisante

 

Madagascar. Blueline Business est arrivé sur le marché

 

Zafy Albert. UE: il restera dans la mémoire du pays par sa grande empathie et son honnêteté

 

Madagascar. Visite du Sg Elhadj As Sy (Croix-Rouge et Croissant-Rouge)

 

Madagascar. Le médicament Hvm est périmé mais Hery vaovao insiste à en devenir sophiste

 

Non développement. Qui sont ceux qui foutent la merde en Afrique?

 

Amnesty International. Libérez l’écologiste Raleva incarcéré à Mananjary!

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter